La quille !

Tout ce petit monde décide donc d'aller voir à l'est si l'herbe est plus verte. Ce qu'elle est. Visiblement. Après un peu plus de 3 heures à avancer sur ce terrain spongieux, ils arrivent en vue d'un vieux vieux vieux navire recouvert d'algues au milieu d'une forêt de kelp.

Décidant de monter à bord, les voilà pris à parti par ces algues ressemblant à des humanoïdes. Après quelques sévères blessures, les voilà repartis pour explorer l'épave. Quelques menues plantes plus tard, les voilà en fond de cale avec, devant eux un trou béant plongeant dans les profondeurs du sargasso et, derrière eux, un fabuleux trésor. Et bien sûr, l'apas du gain se révèle le plus fort...

Un nouveau bouclier, quelques parchemins et une petite bourse.

Les voilà donc qui s'intéressent au trou béant...

N'écoutant que leur courage, ils envoient une chouette au-dessus du trou pour y combattre toute bébête qui pourrait y apparaître. Elle revint en dégobillant, dégoutée devant tant de lâcheté !

Ils s'approchèrent alors du trou et après avoir donné un coup de tatane dans le kelp, un grosse bébête apparaît devant eux. Très grosse et avec une très grosse allonge.

Les voilà donc partis pour hacher de la ciboulette. Ce qu'ils firent, non sans mal et en prenant de grosses croquettes dans la figure. Mais une fois la vile bébête achevée, le sargasso commença à se disloquer et à sombrer. Le navire se désagrégea lui aussi, laissant les pauvres aventuriers accrochés à de frêles morceaux de bois.

Heureusement pour eux, Amella veille au grain et vint les chercher avec la Vouivre des mers.